Verlegt nach 2021: Wolfgang Muthspiel Trio featuring Danny Ziemann & Jeff Ballard - Show 1

Je 12.11.2020 Verlegt nach 2021


BASF-Feierabendhaus Ludwigshafen

Pré-vente:15 / 22 / 29 € inkl. Geb

Début: 18:00

Ouverture des portes: 17:00

Bestuhlt

Série d'événements: Wolfgang Muthspiel Trio featuring Danny Ziemann & Jeff Ballard

Pays:Deutschland / USA

Besetzung:
Wolfgang Muthspiel : g
Danny Ziemann : b
Jeff Ballard :dr

Le jazz, selon Wolfgang Muthspiel, est une langue avec beaucoup d’accents régionaux mais d’origine des USA. Donc après avoir fini ses études il s’est rendu à la patrie du jazz où il a eu un bon accueil. Gary Burton l’a invité à joindre son groupe (comme successeur de Pat Matheny), il a travaillé avec les grands comme Paul Motian, Dave Liebmann ou Gary Peacock. Mais il y une autre source de tradition pour Muthspiel : la musique classique qui a également marqué le développement de son style. Le jeu du guitariste autrichien est subtil et plein de facettes, presque filigrane, même s’il n’a pas peur de risques. Il a des idées pétillantes en jouant avec des autres musiciens égaux comme en quintette avec Brad Mehldau, Ambrose Akinmusire, Larry Grenadier et Eric Harland (« Where the River Goes », 2018) ou en trio avec Scott Colley et Brian Blade (« Angular Blues », 2020). Le trio est aussi le format qu’il présente dans le cadre du festival Enjoy Jazz de cette année. Il vient avec un groupe de rythme composé de Jeff Ballard à la batterie et Danny Ziemann à la basse. Le titre de leur album actuel est « eckiger Blues » (blues carré) ce qui définit leur programme. Muthspiel, un amoureux de mélodies normalement, fait sortir les carrés des pièces, des ruptures et des détours rythmiques qui créent constamment des surprises en l’écoutant. Muthspiel qui travaille avec des instruments acoustiques et électroniques vient d’enregistrer pour la première fois un album des standars chez ECM, notamment « Everything I Love » de Cole Porter et « I’ll Remember April ». Il en a dit : « J’étais très inspiré par ce trio à enregistrer des standards, parce que le jeu de ce groupe est libre, ouvert et loin d’idées préconçues. Mais au moment crucial, on parle une lague de jazz et tout ce qu’on fait est répondre aux mélodies. »